Il y a 75 ans, le 17 novembre 1945, le congrès mondial des étudiants à Prague

Session d'ouverture du congrès au Lucerna. Fonds Tom Madden. Cité des mémoires étudiantes.

Session d’ouverture du congrès au Lucerna. Fonds Tom Madden. Cité des mémoires étudiantes.

En pleine guerre mondiale, en décembre 1941 est créée à Londres  un Conseil international des étudiants (International Students Council), puisque de nombreuses organisations étudiantes européennes y sont exilées. Les Tchèques proposent de faire du 17 novembre la journée internationale des étudiant, en souvenir du 17 novembre 1939. (Voir « Il y a 80 ans, le 17 novembre 1939: aux origines de la « Journée internationale des étudiants ».

En  1944, l’ICS se dissout « pour faire place à une meilleure et nouvelle forme de coopération étudiante » avec la création d’un conseil mondial de la jeunesse. Les 24 et 25 mars 1944, la NUS (National Union of Students) britannique convoque une réunion des nations alliées.

Déclaration finale 23 11 1945. Fonds Tom Madden. Cité des mémoires étudiantes.

Déclaration finale 23 11 1945. Fonds Tom Madden. Cité des mémoires étudiantes.

24 délégués représentant 13 nations décident de recréer une nouvelle internationale mais aucune décision n’est prise, vu le faible nombre de pays. L’on est encore en guerre. Une nouvelle réunion se tient à Londres en avril 1945, au même moment que l’UNEF réunit son congrès à Dax dans une France libérée. Les liens s’établissent alors.

Un congrès de la jeunesse du monde est convoqué du 31 octobre au 10 novembre 1945 à Londres en vue de créer une Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (FMJD), C’est l’occasion de réunir les étudiants, environ 150. L’idée de reconstituer la Confédération internationale des étudiantes (CIE) d’avant-guerre n’est défendue que par quelques délégations, dont le président de l’UNEF, Villedieu, qui n’est d’ailleurs pas suivi par le bureau. Les étudiants prolongent leur séjour de quelques jours pour se rendre à Prague, sur l’invitation de l’union des étudiants de Tchécoslovaque qui entend réunir dans la capitale tchécoslovaque libérée, le 17 novembre, un congrès étudiant représentatif.

Voice of the congress. Bulletin quotidien. Fonds Tom Madden. Cité des mémoires étudiantes.

Voice of the congress. Bulletin quotidien. Fonds Tom Madden. Cité des mémoires étudiantes.

Le 17 novembre 1945, le Théâtre Lucerna est plein à craquer, les 600 délégués de 52 pays sont salués par Masaryk en personne. Si des liens informels seront établis avec la FMJD, l’internationale étudiante en devenir en sera indépendante. En effet, il est décidé de créer une nouvelle internationale étudiante, mais de ne la fonder formellement que l’année suivante lors un congrès constituant préparé par un comité préparatoire international.(Voir « Il y a 70 ans, le Comité préparatoire international (CPI) de janvier 1946« )

Celui-ci se met en place, et l’UNEF y est en bonne place, Pierre Rostini le préside. L’Union internationale des étudiants sera composée non de cartels, mais d’une union nationale d’étudiants par pays, comme le demandent les Français. Elle est créée en 1946. (Voir: « Il y a 70 ans, Prague, en août 1946: le congrès de fondation de l’Union internationale des étudiants »).

Première page du programme du congrès de 1945. Fonds Tom Madden. Cité des mémoires étudiantes.

Première page du programme du congrès de 1945. Fonds Tom Madden. Cité des mémoires étudiantes.

Un grand merci à Tom Madden qui fut le secrétaire général de l’UIE de 1946 à 1951, avec qui nous avons depuis une vingtaine d’années organisé des réunions de travail, en présence de Paul Bouchet et de Pierre Rostini, notamment celle organisée par le Germe, la Cité et l’AAUNEF le 30 octobre 2013 (« Un pont entre l’Est et l’Ouest? l’UIE ou le pari étudiant »), et pour les Journées archives et mémoires étudiantes de novembre 2015 par Skype depuis les USA où il réside. A l’occasion de plusieurs voyages en Europe, Tom Madden a déposé de nombreux documents à la Cité des mémoires étudiantes. Son témoignage et ses apports permettent de mieux discuter des thèses développées dans plusieurs travaux, alors que l’on ignore ce que sont devenues les archives de l’UIE

Pour aller plus loin:

Roland Demarcy, L’Union internationale des étudiants, des origines à nos jours, thèse de 3° cycle en Histoire des relations internationales, Paris 1,1978.

Joël Kotek, Paix et guerre parmi les jeunes et les étudiants : les organisations internationales de jeunesse et d’étudiants dans la Guerre froide, 1935-1967 : contribution à l’étude de la Guerre froide Thèse IEP Paris, 1993

Robi Morder et Caroline Rolland-Diamond, Etudiant-e-s du monde en mouvements: migrations, cosmopolitismes et internationales étudiantes, Paris, Syllepse, 2012.

 

Print Friendly, PDF & Email
(Comments are closed)