6 décembre 1986 – 6 décembre 2016 Malik Oussékine

Dans la nuit du 5 au 6 décembre 1986, le jeune étudiant Malik Oussékine meurt rue Monsieur le Prince frappé à mort par les pelotons voltigeurs motorisés de la police chargés de « nettoyer » le Quartier latin lors des manifestations contre le projet de réforme Devaquet. 30 ans après, le 6 décembre 2016, deux moments pour se souvenir et commémorer le slogan « plus jamais ça ». Le matin à 10 h 45 un dépôt de gerbe par la mairie de Paris avec l’AAUNEF, et à 18 h 30 un rassemblement appelé par SOS racisme et David Assouline qui fit apposer en 2006, alors qu’il était adjoint à la vie étudiante, la plaque devant le 20 rue Monsieur le Prince. Un panneau de la Cité des mémoires étudiantes avec le Germe a été réalisé à cette occasion avec le concours de la Ville de Paris.

malik_pano invitation-mairie-de-paris sos-6-decembre-2016

DOSSIER : 1986-2016, les 30 ans du mouvement contre le projet de réforme Devaquet

montage-861986-2016 : Trente ans : l’espace d’une génération.

Le mouvement contre le projet de loi dit « Réforme Devaquet » de novembre-décembre 1986 s’est déroulé il y a trente ans. Trente ans c’est en général dans la société l’espace d’une génération, mais pour les étudiants le cycle des générations – ou des cohortes, est bien plus bref : 5 ans en général, à 10 ans même parfois. L’espace d’une génération au sens des démographes est donc celui de 5 à 6 générations étudiantes. Pour ceux qui ont vécu l’évènement – la discussion demeure ouverte pour savoir si l’on peut parler d’une « génération » Devaquet comme l’on parle d’une « génération 68 » ou « génération des tranchées » – le sentiment n’est évidemment pas le même que pour les cohortes ou générations suivantes pour qui il s’agit d’évènements de l’histoire et non de leur histoire individuelle. Et il faut prendre en compte la distinction entre militants et non militants, puisque pour les premiers ce sont aussi des enjeux collectifs, le mouvement étant une référence (ou contre-référence) identitaire de leurs organisations.

1986  dans le  « roman national étudiant » ?

A une moindre échelle que pour le « roman national » sans cesse réécrit, Devaquet serait-il un moment du « roman étudiant » comme le printemps 1968 ou le CPE de 2006 ? Et pourquoi alors 1973, 1976, 1984 (Savary), le LMD, peut-être la LRU ne rentrent pas dans ce roman ? Continue reading ‘DOSSIER : 1986-2016, les 30 ans du mouvement contre le projet de réforme Devaquet’

1986-2016, les 30 ans du mouvement Devaquet. 5/ « Plus rien ne sera jamais comme avant » Génération 86? Les traces

baraka-janvier-1987Le mouvement étudiant de 1986 a une dimension internationale peu soulignée à l’époque. Face à des politiques universitaires allant dans le même sens, de fortes mobilisations étudiantes touchent l’Espagne, la Belgique, puis l’Italie, le Mexique. Même en Chine – sur d’autres thèmes – ce même hiver on fait référence au mouvement français Dans l’hexagone, à la sortie du mouvement certains caressent l’espoir d’une restructuration du mouvement étudiant, voire d’une régénération de la vie politique prenant en compte les aspirations et le répertoire d’action des jeunes. 

Un répertoire reproduit et réinventé dans une sociologie étudiante et militante particulière.

La masse en  mouvement est effectivement impressionnante et inédite.  Les autorités donnent le chiffre officiel de 1 576 manifestations réunissant 495 000 manifestants à Paris et 1 870 000 en province du 18 novembre au 10 décembre[1]. La « déferlante lycéenne » composaient entre les deux tiers et les trois quarts des cortèges. En France l’on avait connu un précédent, c’est le mouvement lycéen contre la Loi Debré (1973)[2] qui avait entraîné les étudiants et les jeunes élèves du technique, mais pour les jeunes, y compris les jeunes militants c’est lointain et… inconnu. La masse scolarisée est évidemment plus importante qu’en 1973, et qu’en 1976. La massification des manifestations est allée grandissant au cours des années 1980 Continue reading ‘1986-2016, les 30 ans du mouvement Devaquet. 5/ « Plus rien ne sera jamais comme avant » Génération 86? Les traces’

1986-2016, les 30 ans du mouvement Devaquet. 4/ Un autre 17 novembre, la déferlante

comme-un-raz-de-maree-une-du-matin-28-nov-1986Le 17 novembre 1986, la grève commence à Villetaneuse, puis Caen. En réalité, Limoges est déjà entrée en action, et une AG à Dijon a voté depuis octobre le principe de la grève. Le travail d’information mené depuis un mois par les opposants au projet Devaquet porte ses fruits, l’apparente passivité de la « bof generation » se convertit en déferlante…

marée montante et déferlante lycéenne

Pour forcer la majorité du Burau de l’UNEF ID « qui pense que le fruit n’est pas mûr »[1], l’AGE de Villetaneuse, a convoqué une assemblée générale le jeudi 13 novembre pour proposer la grève. L’AG vote la grève à compter du lundi 17 novembre, cette décision intervient juste avant la réunion du Bureau National de l’UNEF-ID du vendredi 14 et de la coordination convoquée à Caen pour le 15 novembre à laquelle assiste l’AGE de Villetaneuse. La grève entre en effet le lundi 17 novembre. L’assemblée générale réunit un millier d’étudiants, elle entend le compte-rendu de la coordination de Caen, des rencontres avec les groupes parlementaires PS, PCF (le RPR a refusé de recevoir la délégation) puisque plusieurs dizaines d’étudiants s’étaient rendus à l’Assemblée nationale pour rencontrer les groupes parlementaires. Villetaneuse constitue des délégations qui se rendent dans les autres universités parisiennes, Continue reading ‘1986-2016, les 30 ans du mouvement Devaquet. 4/ Un autre 17 novembre, la déferlante’

Appels, motions et communiqués de la coordination nationale

assouline-zappiDans l’ordre chronologique nous commençons par les Etats généraux du 22 novembre 1986, qui convoqués par l’UNEF ID deviennent ceux du mouvement étudiant. Puis, les communiqués de la coordination nationale (il y en eût trois: 27 novembre, 6 au 7 décembre qui adopte une motion, un appel à la population et un communiqué) et enfin la coordination nationale des 11-12 décembre qui s’auto-dissout en appelant à des Etats généraux au printemps.Le bureau de la coordination communique trois fois: le 5 décembre après la manifestation et les violences policières de la veille, le 8 après l’annonce du retrait du projet par Jacques Chirac et le 9 sur l’organisation de la manifestation du 10 décembre. Enfin, le texte lu par David Assouline et Sylvia Zappi, porte-paroles de la coordination nationale (sur la photo) lors de la manifestation du 10 décembre.

Vous pouvez cliquer sur chacun des titres et avoir chaque texte en PDF, et aussi avoir ci-après l’ensemble des textes dans l’ordre chronologique. Continue reading ‘Appels, motions et communiqués de la coordination nationale’

11 novembre 1944, retour sur une affiche

11-nov-1944-afficheLa Cité des mémoires étudiantes, avec son fonds de dotation, vient d’acquérir une affiche originale du 11 novembre 1944 étudiant qui lui a été signalée par le Germe, et va s’attacher à sa restauration et conservation dans de bonnes conditions. Cette affiche a été imprimée au 6 rue Monsieur le Prince, et à cette adresse l’on trouve toujours une imprimerie. Elle offre un intérêt par rapport à celle qui est conservée au Rectorat de Paris que nous avions utilisée pour l’exposition 2004[1], car elle donne des précisions. L’affiche initiale invite à se rassembler à 8 heures 30, alors que là nous avons des indications manuscrites avec de nouvelles consignes d’heure – il faut être plus en avance d’une demie-heure, ce sera 8 h (le 30 est caché) , et le lieu est plus précis, indiqué de façon manuscrite, en haut et à droite de l’affiche, c’est à l’angle de la rue Saint-Jacques et du boulevard Saint Germain. Puis le cortège étudiant et lycéen se rendra aux Champs Elysées pour assister d’abord au défilé des troupes, puis prendre part à la manifestation de l’après-midi. L’affiche est signée, non par l’UNEF, mais par la Fédération des étudiants de Paris, le comité parisien de l’Union des étudiants patriotes, composé (sans l’UNEF ni la FEP) des différentes organisations politiques et confessionnelles et de mouvements de résistance (FN jeunes, jeunes du MLN, OCM jeunes) ou de prisonniers de guerre (MNPGD).  Ce n’est que lors du congrès extraordinaire de l’UNEF, dont nous avons traité à l’occasion de son 70ème anniversaire en 2014  , que sera signé un protocole entre l’UNEF et l’UEP. Nous sommes bien à un moment où la représentativité et la place de l’UNEF sont contestées, menacées, et où s’engage le processus de reconstruction syndicale. Continue reading ’11 novembre 1944, retour sur une affiche’

1986-2016, les 30 ans du mouvement Devaquet. 3/ Un travail militant (cultiver le terrain)

tract-unef-id-apprel-21-oct-1986

Appel à la grève du 21 octobre 1986. Fonds UNEF ID. Cité des mémoires étudiantes.

Pour préparer les différentes initiatives des trente ans du mouvement contre la réforme Devaquet,  nous continuons le « feuilleton » dont le premier article était « 1986-2016, les 30 ans du mouvement Devaquet. 1/ le printemps : du projet du GERUF au projet Devaquet » et le deuxième «2/ Retrait ou pas retrait, le collectif national de l’UNEF ID des 3 et 4 octobre 1986»

Côté institutionnel, le projet de loi suit son cours. Déposé le 11 juillet au Sénat, il devait y être discuté en ce début d’été. Mais le calendrier parlementaire est bousculé. Le projet suit un calendrier différé du fait de l’encombrement et des retards de l’ordre du jour parlementaire. Le projet Devaquet dès lors fait en premier lieu l’objet d’un débat les 23 et 24 septembre au Conseil économique et social qui après discussion du rapport de Jean-Louis Mandinaud , publie son avis, adopté par 168 voix contre 13 (groupe de la CGT) et 12 absententions (groupes de la CFTC et de la FEN) au Journal officiel du 29 septembre 1986. Le texte vient ensuite au Sénat le 28 octobre. Des amendements le durcissent et il est adopté en première lecture le 30 octobre.  Le passage à l’Assemblée nationale est prévu pour la fin novembre. L’on s’attend évidemment à des réactions, mais comme pour toute réforme. Alain Devaquet explique : « Je savais, depuis avril, qu’il y aurait des manifestations. Non par quelque don de double vue  mais parce que c’est une règle générale […] je pensais cependant que mon projet était raisonnable et que les manifestations resteraient maîtrisables, l’explication et le dialogue aidant »[1]. Continue reading ‘1986-2016, les 30 ans du mouvement Devaquet. 3/ Un travail militant (cultiver le terrain)’

« Le mouvement Devaquet » : quelques ressources à découvrir à la Cité des mémoires étudiantes

psa-silence-on-reforme

Tract PSA 1986. Nouveau fonds : le recueil Arnaud Moyencourt.

30 ans après les nombreuses manifestations des étudiant.e.s et des lycéen.ne.s de novembre et décembre 1986, le mouvement contre le projet de loi dite loi Devaquet est bien un sujet qui mérite d’être étudié encore davantage ! (voir dossier « les 30 ans du mouvement contre la réforme Devaquet ») Si le mouvement fut important, quelles sont les ressources disponibles dans les archives classées et conservées à la Cité des mémoires étudiantes, y compris celles en cours de traitement par notre équipe ? Nous mettrons, d’abord, la focale sur deux fonds d’archives (Fonds UNEF ID et fonds Sorbonne (s) nouvelles) avant de présenter quelques témoignages oraux.

Le fonds de l’Unef-Indépendante et démocratique

Dans le cadre de la convention signée avec le Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche (DEGESIP/ vie étudiante), la Cité a pu commencer le classement de ce fonds important tant quantitativement (100 ml) que qualitativement.

Il s’agit d’un dépôt de l’actuelle UNEF qui s’est fait en deux, voire trois temps : une partie du fonds est arrivée à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre), en 1988-89, avec les fonds UNEF et UNEF-US ; une partie a été déposée, en 2007, auprès de la mission de préfiguration (ex-CAARME) de la Cité des mémoires étudiantes ; la dernière étant déposée auprès de la Cité, suite au déménagement de l’UNEF de ces locaux du boulevard de La Villette, en mars 2014. Continue reading ‘« Le mouvement Devaquet » : quelques ressources à découvrir à la Cité des mémoires étudiantes’

Paul Bouchet. « La charte de Grenoble, l’esprit en héritage »

15-avril-1976-msh

15 avril 2016 Paul Bouchet parle, en présence des représentants de l’UNEF et de PDE avec Robi Morder (Germe), Jean-Philippe Legois et Ioanna Kasapi (Cité). Photo Cité des mémoires étudiantes.

Le 15 avril 2016, dans le cadre de la  journée de la Cité des mémoires étudiantes « classer et valoriser les archives étudiantes » à la MSH Paris Nord, s’est tenue pour le 70ème anniversaire de la charte de Grenoble (dossier sur notre site) une table ronde: « L’étudiant est un jeune travailleur intellectuel, 70 ans après quel héritage de la charte de Grenoble » animée et introduite par Robi Morder et Paul Bouchet, avec des représentants des organisations étudiantes. Voici le texte de Paul Bouchet issu de cette table-ronde. (le titre, les intertitres et notes de bas de page sont de Robi Morder, dont le texte de présentation paraît également  dans Les Cahiers du Germe n° 31.

Paul Bouchet. A mes yeux le mot héritage est un mot pour le moins qu’on puisse dire ambigu pour parler de l’héritage de la charte de Grenoble. Tout héritage peut être ambigu mais celui-ci me le parait être particulièrement. Pourquoi ? Parce qu’effectivement la charte, ce qu’on appelle la charte de Grenoble, c’est essentiellement le préambule, notamment « l’étudiant est un jeune travailleur intellectuel ». Continue reading ‘Paul Bouchet. « La charte de Grenoble, l’esprit en héritage »’

1986-2016, les 30 ans du mouvement Devaquet. 2/ Retrait ou pas retrait? Le collectif national de l’UNEF ID des 3 et 4 octobre 1986

un-vaquetPour préparer les trente ans du mouvement contre la réforme Devaquet, dont Il en sera question lors de deux ateliers les 17 et 18  novembre lors des journées Archives et mémoires étudiantes de la Cité, et le 3 décembre 2016 au cours de l’ initiative « Il y a 30 ans, « Devaquet si tu savais », organisée par  l’AAUNEF, la Cité des mémoires étudiantes, le Germe avec plusieurs acteurs de l’époque nous continuons le « feuilleton » dont le premier article était « 1986-2016, les 30 ans du mouvement Devaquet. 1/ le printemps : du projet du GERUF au projet Devaquet ». Voir aussi sur notre site éléments de bibliographie ainsi que : des éléments de chronologie.

A la rentrée 1986 la revendication du retrait du projet Devaquet n’allait pas de soi, et ne revêtait pas forcément les mêmes contenus selon les forces même quand elle fit l’unanimité apparente.Le collectif national de l’UNEF-ID des 3 et 4 octobre 1986 est l’occasion de remettre à l’ordre du jour la « controverse initiale »[1] sur les liens entre auto-organisation et action syndicale. Mais la question de la formulation de la revendication : réclamer le retrait explicitement ou non, éclaire également les stratégies syndicales : « syndicalisme réaliste », répertoire d’action minoritaire, mouvementisme…[2] Continue reading ‘1986-2016, les 30 ans du mouvement Devaquet. 2/ Retrait ou pas retrait? Le collectif national de l’UNEF ID des 3 et 4 octobre 1986′