Il y a 50 ans, la scission de l’UNEF (1)

edf 1970Le collectif national du 10 janvier 1971

Il y a cinquante ans, le dimanche 10 janvier 1971, se réunissait dans un amphithéâtre de la Sorbonne le dernier collectif « unitaire » de l’Union nationale des étudiants de France. Le bureau national issu du congrès d’avril 1970 (voir « il y a 50 ans, le congrès d’Orléans de l’UNEF » ), équipe entièrement PSU (Parti socialiste unifié), annonce dès le début de la réunion, sur la base d’un texte diffusé, sa démission et son départ de l’UNEF. Quittant la salle, il laisse face à face les deux tendances dites « renouveau » pour l’une, « unité syndicale » pour l’autre. Après une première escarmouche, la tendance US sort également de la salle. Les militants du renouveau, restent dans l’amphithéâtre et commencent – sans quorum selon certains, mais pour d’autres il y serait puisque des ex-AGE du PSU, une fois le PSU parti, sont désormais à majorité renouveau – à adopter des motions, dont celle convoquant le congrès pour le 20 février 1971 à la faculté d’Orsay (majoritairement « renouveau »). Constatant la situation, la tendance US retourne dans la salle, ce qui provoque une brève bagarre avec chaises volantes et coups de poings, puis – le courant renouveau ayant accepté d’annuler les résolutions adoptées –  un retour à une discussion de procédure qui dura environ cinq heures. (Illustration : Dernière livraison du journal de l’UNEF, novembre 1970, col. La contemporaine, sur le site cme-u.fr) Continue reading ‘Il y a 50 ans, la scission de l’UNEF (1)’

Vidéos 12e Journée archives, recherches & mémoires étudiantes (17 novembre 2020)

12e JARMEVideo 1 : Jean-Philippe Legois et Ioanna Kasapi 00:07:00 : Sigolène Couchot-Schiex 00:10:55 : Un chantier d’avenir : militantes étudiantes & syndicalisme étudiant. Ioanna Kasapi : chantier de recherche « les engagements des étudiantes au sein des deux principales organisations étudiantes à vocation représentative (Unef et Fnef/Fage) ». 00:38:08 : échanges 01:11:45: 50 ans après le dernier congrès de la « grande UNEF » (Orléans, avril 1970) Jean-Philippe Legois et extraits audio du congrès 01:22:09 : Jacques Boutonnet 01:34:50 : extraits audio du congrès 01:36:21 : Pascal Dorival 01:52:00 : extraits audio du congrès (discours de Luc Barret) 02:02:00 : Jean-Paul Martin 02:15:00 : échanges 02:18:40 : Emmanuel Lyasse.
Video 2   00:02:35 : Contre le CPE (Contrat première embauche) : un mouvement étudiant face aux medias ? Catherine Gonnard 00:09:00 : Paolo Stuppia autour du livre 2006 : une victoire étudiante ?, Syllepse, 2020. 00:27:38 : Valérie Becquet 00:46:55 : échanges 01:24:30 : conclusions, par Ioanna Kasapi & Robi Morder, retour en documents sur le congrès mondial étudiant de Prague du 17 novembre 1945
Voir programme détaillé

 

Voter ou non aux élections étudiantes : intérêts et limites d’une enquête par questionnaire localisée

urneNotre Ami Tristan Haute, de l’Université de Picardie Jules Verne (CURAPP-ESS/CERAPS) avec ses étudiants d’Amiens, ont réalisé une petite enquête sur la participation politique des étudiants. En attendant leurs notes de recherche, dont certaines portent sur le rapport des étudiants au mouvement des gilets jaunes, aux marches pour le climat ou au mouvement contre la réforme des retraites, qui paraîtront dans Les Cahiers du Germe en 2021, voici les extraits d’une note rédigée concernant le vote étudiant. L’intégralité, avec les tableaux, paraîtra dans les prochains Cahiers.

Continue reading ‘Voter ou non aux élections étudiantes : intérêts et limites d’une enquête par questionnaire localisée’

Hugo Melchior: « Blouses blanches et Gwenn Ha Du: La grève oubliée des étudiants en médecine de Rennes »

1couvertureNotre Ami Hugo Melchior publie un livre qui a pour objet la longue grève des étudiants en médecine de la faculté de Rennes. Celle-ci s’est déroulée au début de l’année 1973, et elle aura duré 93 jours… Cet ouvrage, auto-édité, porte sur une page méconnue de l’histoire remuante et riche des mouvements étudiants en France depuis 1968. Il est composé d’une première partie où l’on trouvera plus de 60 photographies donnant à voir cette lutte collective et ses jeunes protagonistes, d’une longue analyse de cette grève remarquée et remarquable, mais également des entretiens avec d’anciens acteurs-témoins, alors étudiants en médecine à Rennes, sans oublier la préface de l’historien spécialiste de la Bretagne contemporaine, Christian Bougeard et la postface de Robi Morder. Si vous souhaitez vous le procurer, si cela vous intéresse bien sûr, vous pouvez le précommander (voir en fin d’article). Ci-après, la postface.
Continue reading ‘Hugo Melchior: « Blouses blanches et Gwenn Ha Du: La grève oubliée des étudiants en médecine de Rennes »’

6 décembre 1986, mort de Malik Oussékine: du mouvement à « plus jamais ça »!

malik_panoDans la nuit du 5 au 6 décembre 1986, le jeune étudiant Malik Oussékine meurt rue Monsieur le Prince frappé à mort par les pelotons voltigeurs motorisés de la police chargés de « nettoyer » le Quartier latin lors des manifestations contre le projet de réforme Devaquet (voir notre dossier). Deux policiers furent jugés aux assises pour « coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». L’avocat général demandait cinq ans de prison dont trois fermes, ils furent condamnés le 27 janvier 1990 à une peine de cinq ans pour l’un et deux ans pour l’autre, toutes avec sursis. En interne, l’un a été mis retraite d’office et l’autre sanctionné par un déplacement d’office.

Dans les cortèges de protestation de 1986 fusa le slogan « Plus jamais ça ! ». 34 ans après, l’on constate que malgré des contextes différents les mêmes thématiques demeurent dans l’actualité avec la réapparition dans les manifestations des BRAV motorisées, et les questions de racisme et de violences à l’occasion de nombreuses interventions policières.

Chaque année, une commémoration a lieu le 6 décembre devant le 20 rue Monsieur-le-Prince, c’est le cas également cette année. Pour les 30 ans, en 2016, un panneau de la Cité des mémoires étudiantes avec le Germe avait été réalisé à cette occasion avec le concours de la Ville de Paris.

Questions pour mieux comprendre « l’affaire » Avenir lycéen

Syndicats lycéens présents à la manifestation contre la réforme des retraites, en 2010. Clem from Paris/Wikimedia Commons, CC BY

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Soupçonné d’avoir dilapidé une part des 65 000 euros de subventions publiques perçues en 2019, le jeune syndicat Avenir lycéen, créé en 2018 en période de contestation de la réforme du bac, se voit reprocher d’avoir été piloté par l’entourage du ministère de l’Éducation, afin de servir sa communication.

Cette affaire, dont les détails ont été donnés principalement par Mediapart et Libération, peut paraître à la fois familière et inédite. Ce n’est pas la première fois qu’un gouvernement soutient, voire finance, une organisation étudiante : ce fut le cas en 1961 pour la FNEF (Fédération nationale des étudiants de France, scission minoritaire de l’UNEF, mais qui obtint immédiatement du gouvernement Michel Debré reconnaissance et attributions de sièges au CNOUS) et en 1969 pour l’UNI Continue reading ‘Questions pour mieux comprendre « l’affaire » Avenir lycéen’

Georges Danton: 1935-2020

FR_BDICFP2923_00041958_N01P001_2

Editorial de G. Danton dans le journal de l’UNEF, mai-juin 1958. Coll. La contemporaine. Sur le site cme-u.fr

Nous avons appris aujourd’hui le décès de Georges Danton, ancien président de l’UNEF en 1958/1959. Nous avions publié la notice biographique rédigée par Alain Monchablon pour le Maitron (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier/social) dans les Cahiers du Germe. Notre ami Eithan Orkibi dans Les étudiants de France et la guerre d’Algérie, Paris, Syllepse (collection Germe), 2012 aborde dans le chapitre 6 des aspects de l’UNEF sous la présidence de Danton.  En voici des extraits  : « Restaurer l’image de l’UNEF »

[A propos de la scission du MEF intervenue en 1957]

Exprimant son « espoir d’unité », le président de l’UNEF, élu lors du Congrès de 1958, Georges Danton, déclare que le MEF, qui se retrouve avec seulement six AGE, « avait déjà un pied dans la tombe[1] ».

C’est seulement à l’issue d’un CA extraordinaire, le 15 novembre 1958, en pleine préparation de la journée revendicative du 8 décembre et grâce à l’intervention du ministre de l’Éducation nationale, Maurice Herzog[2], que les six associations qui sont restées à l’intérieur du MEF réintègrent l’UNEF. La réunification est annoncée par un « protocole de réconciliation[3] » adoptant une définition assez restrictive de l’apolitisme du mouvement et confiant à l’UNEF « l’étude et la solution des problèmes qui concernaient directement l’étudiant tel qu’il est défini par la charte fondamentale du mouvement[4] ». Continue reading ‘Georges Danton: 1935-2020’

Il y a 75 ans, le 17 novembre 1945, le congrès mondial des étudiants à Prague

Session d'ouverture du congrès au Lucerna. Fonds Tom Madden. Cité des mémoires étudiantes.

Session d’ouverture du congrès au Lucerna. Fonds Tom Madden. Cité des mémoires étudiantes.

En pleine guerre mondiale, en décembre 1941 est créée à Londres  un Conseil international des étudiants (International Students Council), puisque de nombreuses organisations étudiantes européennes y sont exilées. Les Tchèques proposent de faire du 17 novembre la journée internationale des étudiant, en souvenir du 17 novembre 1939. (Voir « Il y a 80 ans, le 17 novembre 1939: aux origines de la « Journée internationale des étudiants ».

En  1944, l’ICS se dissout « pour faire place à une meilleure et nouvelle forme de coopération étudiante » avec la création d’un conseil mondial de la jeunesse. Les 24 et 25 mars 1944, la NUS (National Union of Students) britannique convoque une réunion des nations alliées. Continue reading ‘Il y a 75 ans, le 17 novembre 1945, le congrès mondial des étudiants à Prague’

11 NOVEMBRE 1940 : 80 ANS APRES. Transmettre et travailler la mémoire et l’histoire

FR_BDIC4D47RES_00111940_N06P001_02

Coll. La contemporaine

(Communiqué du Germe et de la Cité des mémoires étudiantes en conclusion de la visio-conférence du 10 novembre 2020).

Le 11 novembre 1940 a été le premier acte de résistance à l’occupant nazi ! Or, les témoins disparaissent alors que leur exemple encourage la flamme de l’espoir. Leur mémoire et l’histoire ne doivent pas s’éteindre, d’autant que la liberté, l’égalité, la fraternité ne sont jamais acquises une fois pour toutes, il faut sans cesse les défendre. 

Ensemble, associations d’anciens, mouvements étudiants et lycéens d’aujourd’hui, chercheurs, chercheuses et archivistes, avec l’appui des institutions publiques, doivent mettre en commun, dans le respect de leurs identités propres, leurs efforts et leurs moyens pour que l’histoire et la mémoire du 11 novembre 1940 demeurent vivantes. Continue reading ’11 NOVEMBRE 1940 : 80 ANS APRES. Transmettre et travailler la mémoire et l’histoire’

80ème anniversaire de la manifestation du 11 novembre 1940

FR_BDIC4D47RES_00111940_N01P001_02

Tract manuscrit. Col. La contemporaine. Nanterre.

1ère et 2ème éditions: 7/11/2015 et 3/11/2018

Il y a 80 ans, le 11 novembre 1940, plusieurs milliers de lycéens et d’étudiants se rassemblent à l’Etoile, c’est un des premiers actes de résistance à l’occupation nazie, c’est la première mobilisation de masse qui voit encore une fois la jeunesse à l’avant-garde de l’action. Pour ce 80e anniversaire, Le Germe et la Cité organisent une conférence le 10 novembre (voir agenda),  participent à l’exposition virtuelle du musée de la résistance en ligne, et sortiront un dossier spécial des Cahiers du Germe. L’histoire des « années noires » est importante pour donner son sens à la commémoration. Il faut rappeler au delà du symbole que divers furent les acteurs comme plurielles leurs motivations. Continue reading ’80ème anniversaire de la manifestation du 11 novembre 1940′