« Le mouvement Devaquet » : quelques ressources à découvrir à la Cité des mémoires étudiantes

psa-silence-on-reforme

Tract PSA 1986. Nouveau fonds : le recueil Arnaud Moyencourt.

30 ans après les nombreuses manifestations des étudiant.e.s et des lycéen.ne.s de novembre et décembre 1986, le mouvement contre le projet de loi dite loi Devaquet est bien un sujet qui mérite d’être étudié encore davantage ! (voir dossier « les 30 ans du mouvement contre la réforme Devaquet ») Si le mouvement fut important, quelles sont les ressources disponibles dans les archives classées et conservées à la Cité des mémoires étudiantes, y compris celles en cours de traitement par notre équipe ? Nous mettrons, d’abord, la focale sur deux fonds d’archives (Fonds UNEF ID et fonds Sorbonne (s) nouvelles) avant de présenter quelques témoignages oraux.

Le fonds de l’Unef-Indépendante et démocratique

Dans le cadre de la convention signée avec le Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche (DEGESIP/ vie étudiante), la Cité a pu commencer le classement de ce fonds important tant quantitativement (100 ml) que qualitativement.

Il s’agit d’un dépôt de l’actuelle UNEF qui s’est fait en deux, voire trois temps : une partie du fonds est arrivée à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre), en 1988-89, avec les fonds UNEF et UNEF-US ; une partie a été déposée, en 2007, auprès de la mission de préfiguration (ex-CAARME) de la Cité des mémoires étudiantes ; la dernière étant déposée auprès de la Cité, suite au déménagement de l’UNEF de ces locaux du boulevard de La Villette, en mars 2014.

villetaneuse-en-greve

Les premiers jours de grève à Villetaneuse. Fonds Unef-id.

Deux parties de ce fonds nous intéressent ici : le dossier sur ce mouvement au sein de la sous-série organique sur les lois et réformes pédagogiques qui avait pu être pré-classé par Aurélie Mazet (dans le cadre du partenariat avec la BDIC) ; les dossiers de suivi d’AGE (Associations générales d’étudiants, restées structures de base de l’UNEF-ID) qui ont pu être classés par Aboubakr Chaib dans le cadre d’un stage de master 2 (Université de Bourgogne).

Premièrement, parmi les textes officiels, rapports, signalons des tableaux comparatifs entre le texte en vigueur de 1948, le texte de projet de loi et les propositions de commission.

Parmi les documents issus de la mobilisation, signalons des recueils de chansons populaires, appels des élus étudiants, un bandeau en tissu « Sorbonne en grève », des notes manuscrites, motions, communiqués, procès-verbaux de réunions, périodiques, recueils de tracts, pétitions, affiches, … Des documents concernent aussi les états généraux de l’enseignement supérieur qui se sont tenus du 27 au 29 mars 1987 à Paris 8 (Saint-Denis).

Remarquons également les motions, tracts communiqués, télégrammes, correspondance de soutien d’autres organisations nationales et internationales  ; FO Ile-de-France, Comité national d’action laïque (CNAL), Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), FEN, Syndicat général des personnels de l’éducation nationale-Confédération générale du travail (SGPEN-CGT), Ligue française de l’enseignement et de l’éducation permanente, Confédération française démocratique du travail (CFDT), FCPE, Union nationale des associations familiales (UNAF), associations d’étudiants d’autres pays.

Deuxièmement, le suivi d’AGE permet au bureau national (BN) de l’UNEF-ID de faire remonter des informations de chacune des villes universitaires où elle est implantée – en plus de développer ces implantations. Mais, en fonction de l’activité – y compris de représentation – de chaque équipe militante locale, du renouvellement de celle-ci et de leur lien avec le membre du BN chargé du suivi de leur AGE, les informations recueillies sont plus ou moins riches ; simple écho de la composition de l’équipe au moment de la mobilisation, données sur l’université au même moment, voire activité syndicale générale, voire pendant le mouvement.

Ce fonds extrêmement riche en documents et informations reste à classer dans sa totalité pour le rendre accessible au grand public ainsi qu’aux chercheurs-chercheuses en sciences humaines et sociales !

Le fonds Sorbonne(s)Nouvelles

gazette-de-nanterre-n-2

Un journal étudiant: La Gazette de Nanterre, née le 1er décembre 1986

Ce fonds, classé par Marina Marchal, a été donné à la Cité en août 2010 : journal étudiant, ayant existé de 1986 à 2004, il s’ancre dans les quatre universités parisiennes présentes « en Sorbonne » (Paris 1, 3, 4 et 5) et a donc une forte dimension régionale.

Sorbonne(s) Nouvelles est un journal étudiant né en décembre 1986, du « mouvement Devaquet ». Les quatre premières publications sont des journaux de grève, l’idée initiale étant de lancer des pistes de réflexions sur le mouvement, mais aussi de coordonner et renseigner sur les actions menées par les grévistes.

Au-delà du journal lui-même, ce fonds est encore plus riche de la documentation accumulée par l’équipe de rédaction : des tracts, affichettes et autres journaux, dont, pendant la mobilisation, d’autres journaux de grève, notamment d’Ile-de-France, comme Le pavé de Tolbiac/Paris 1 (4 numéros) ou La Gazette Hebdo de Nanterre /Paris 10 (affichant la « colère de Nanterre »). On y trouve aussi des journaux de grève de « province », comme La grève de Strasbourg qui, par exemple, explique le départ des étudiants de province à Paris pour les manifestations nationales, invitant ceux qui ne l’ont pas encore fait à rejoindre le mouvement ; le journal Café aux fruits de décembre 1986 offre de même un reportage photo sur les manifestations, offrant donc un recueil iconographique du mouvement. Concernant le mouvement Devaquet, et particulièrement à la Sorbonne, signalons que le fonds contient un important recueil de documents du « Comité des fêtes de la Sorbonne » qui a compilé chants, tracts, dessins, articles de presse, slogans et autres inscriptions murales ayant animé ces 3 semaines de mobilisation.

Quelques témoignages oraux

La Cité des mémoires étudiantes continue toujours sa politique de collecte de témoignages oraux afin, d’une part, de combler les lacunes des archives papiers et, d’autre part, d’enrichir les corpus de nos ressources documentaires sur le patrimoine estudiantin. Plusieurs militant.e.s ont accepté de nous confier, non seulement leurs archives mais aussi, leur témoignage. Ils sont disponibles en ligne, notamment sur notre nouveau portail documentaire studens.info. Plus particulièrement, trois témoignages traitent du mouvement de novembre-décembre 1986.

Parmi les témoignages collectés dans le cadre de notre campagne permanente, signalons celui de Pascal Cherki. Etudiant en droit à Sceaux, il participe aux états généraux de l’UNEF-ID qui, en octobre, lancent nationalement la mobilisation et il est un des animateurs de la grève à Sceaux. Il participe activement également aux coordinations nationales et manifestations.

Le témoignage d’Isabelle Pautrat est aussi celui d’une militante qui anime la grève sur son université et qui participe aux coordinations et manifestations nationales. Mais l’université d’Angers est alors encore relativement jeune et l’UNEF-ID n’y est pas encore présente : Isabelle Pautrat, étudiante en psychologie, la créera, avec d’autres militants, à l’issue du mouvement de 1986.

Celui de Fréderick Genevée illustre bien l’intérêt du témoignage oral pour compléter des archives papier ; ce militant de l’Union des étudiants communistes et de l’Union nationale des étudiants de France, étudiant en histoire à Paris 1, a participé activement au mouvement contre la loi Devaquet et a fait don de ses archives à la Cité des mémoires étudiantes, mais, à part quelques documents, dont le projet de loi, son fonds d’archives en cours de classement est quasiment silencieux sur cette mobilisation. C’est son témoignage qui permet de resituer ce mouvement dans son parcours militant.

Les chercheurs-chercheuses peuvent donc croiser ces archives militantes avec d’autres et les archives publiques. De nombreux fonds, documents et témoignages restent à collecter et à valoriser sur cette période extrêmement riche … et sur bien d’autres !!! Que les 8e journées « Archives et mémoires étudiantes » puissent amplifier ces démarches, à l’instar du recueil donné tout récemment à la Cité par « l’archiviste fou » de PSA (Pour un syndicalisme autogestionnaire), Arnaud Moyencourt ! A découvrir dans le prochain numéro des Cahiers

Leslie Casasnovas, Ioanna Kasapi, Jean-Philippe Legois

A signaler aussi : Fonds Sylvie Scherer ADIAMOS

Et du côté des films :

Francis Kandel : DEVAQUET SI TU SAVAIS; Principaux interviewés :- Sylvie Scherrer, responsable du comité de grève de Dijon – Gérard Courtois, journaliste au Monde – Philippe Darriulat, président de l’UNEF-ID – Julien Dray, vice président de SOS Racisme de 1984 à 1988 – David Assouline membre de la coordination nationale étudiante – Jacques Spinosi de la Préfecture de Police – Isabelle Thomas, membre de la coordination nationale étudiante – le commissaire Berlioz, responsable de la liaison police, manifestants – Roger Gans, journaliste au Monde – Alain Bauer de l’Unef-ID – Claude Marie Vadrot, journaliste au Matin.Autres personnalités présentes à l’écran Jacques Chirac, Charles Pasqua, François Mitterrand.

ARCHIVES MORLOCK (Joseph Morder) Manifestations de 1986. Super 8. 6mn. En cours de numérisation par la Cité des mémoires étudiantes.

UNEF, CONTRE LE PROJET DE LOI DEVAQUET – ETATS GENERAUX ETUDIANTS Ciné Archives

Print Friendly
(Comments are closed)